Japonais

POURQUOI APPRENDRE LE JAPONAIS ?

La langue japonaise est empreinte d’une histoire et une culture millénaire et fascinante qui rend son apprentissage passionnant et enrichissant. Le pays du soleil levant se remarque par sa philosophie basée dans le respect, dans la spiritualité et le shintoïsme; et le grand écart entre tradition et modernité. Etant non seulement une puissance culturelle et artistique, la gastronomie nippone se différencie par sa richesse et sa simplicité. Mise à part la culture et la gastronomie nippone, nous ne pouvons pas négliger ses paysages époustouflants aux multiples climats, ce qui fait que le tourisme japonais subit une grande expansion parmi les japonais, mais aussi parmi des “gaikokujin” (外国人 = étrangers). Par ailleurs, l’industrie japonaise étant connue au niveau mundial par son dynamisme et sa perfection, le Japon est un de pays les plus riches du monde. Parler le japonais peux vous aider pour travailler chez Toyota, Nissan, Panasonic, Yamaha, Mitsubishi ou d’autres entreprises nippones très présentes en Occident. Malgré son passé de désastres naturels et catastrophes causés par l’homme, le Japon a toujours su se relever et renaître de ses cendres.

 

La grammaire japonaise est très simple, bien plus simple que l’anglais ou le français. Le japonais est une langue agglutinante, c’est-à-dire, que des éléments constitutifs d’une phrase sont collés – agglutinés – entre eux. En japonais, il n’y a ni article, ni genre, ni nombre, et les verbes ne se conjuguent pas selon les personnes. Un exemple de la simplicité de la conjugaison japonaise :

 

食べる  taberu  = manger

食べますtabemasu = (je) mange

食べません tabemasen = (je) ne mange pas

食べましたtabemashita = (je) mangeais / (j’)ai mangé

 

Comme vous voyez, le pronom sujet n’est pas obligatoire en japonais. Ceci est vrai aussi pour beaucoup de mots. Ainsi, souvent le verbe “être” ne sera pas prononcé, car il est sous-entendu par le contexte. Dans cette langue, dite contextuelle, tout est dans le contexte.

 

写真 です sashin desu

C’est une photo  / C’est la photo  /  Ce sont des photos  / Ce sont les photos

 

L’écriture japonaise diffère largement des écritures occidentales. En effet, il y a plusieurs façons d’écrire en japonais: les kanjis (idéogrammes d’origine chinois), le hiragana (syllabaire pour compléter les kanjis et pour les particules), le katakana (syllabaire pour traduire les mots étrangers) et le romaji (nos lettres d’origine romaines), sans oublier les chiffres arabes.

Finalement, la politesse est très importante en japonais. Il y a plusieurs styles de langue (neutre, poli et très poli, pour simplifier) et leur emploi dépend de la relation avec l’interlocuteur et le contexte. Maitriser la courtoisie en japonais s’avère très difficile, et il faut lui dédier une attention particulière. Personne veut tutoyer le CEO en croyant être poli !

Par contre, les japonais sont très chaleureux et humbles. Si vous dites quelques mots de sa langue à un japonais, ils se montreront plus ouverts et prêts à vous aider, car ils apprécient l’effort d’apprendre leur langue (et leur culture, bien entendu!).

 

Plus de raisons pour apprendre le japonais ?

  • Les mangas
  • Les arts martiaux (aikido, karaté, sumo, judo, jiu jitsu…)
  • La gastronomie
  • Le tourisme
  • Le cinéma
  • La calligraphie
  • Les jeux vidéo
  • Les haikus
  • La spiritualité
  • L’histoire
  • Les temples
  • Le théâtre
  • Les thés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 … et vous ? Pourquoi voulez-vous apprendre cette langue ?

 

 

Notre enseignant de japonais:

 

ADRIANO

Né  à Genève, il parle l’italien avec son père et le français avec sa mère. Son attirance pour le cinéma, les mangas, les jeu vidéos et les arts martiaux le conduit à effectuer un master en anglais et en japonais à l’Université de Genève. Depuis, il enseigne l’anglais au cycle d’orientation, ainsi que le japonais en cours facultatif. Ce dernier rencontre un franc succès auprès des jeunes et l’encourage à vouloir également enseigner au adultes à l’Institut Neo. Parallèlement à cela, Adriano consacre une grande partie de son temps à  pratiquer et enseigner l’Aïkido dans le dojo qu’il a fondé en 2016 («Kyûdôsha»). Il se rend régulièrement au Japon pour approfondir les nombreuses facettes de cette culture qui le fascine.